Prise de contact: Mercedes-AMG GT-R – Starfighter

Dès sa naissance, on a pu résumer l'AMG GT comme ceci: belle et rapide. Mais en gagnant un R vert, la belle devient une bête. Voici la Mercedes-AMG GT-R, inspirée par la GT3 de compétition.

AMG n'a pas hésité à remettre l'ouvrage sur le métier pour revoir sa GT de fond en comble. Les ingénieurs ont greffés de nouveaux turbos au V8 4.0 litres, et l'ont équipé d'une nouvelle gestion, libérant ainsi 20% de puissance supplémentaire, soit 585 ch et 700 Nm. Grâce à l'usage plus généreux de carbone, le poids diminue de 15 kg, tandis que l'aérodynamique active et l'imposant spoiler arrière génèrent 155 kg d'appui. Les réglages du châssis ont eux aussi été retravaillés, adoptant entre-autres un pont arrière piloté et un ESP déconnectable en plusieurs stades. Quant au design et à l'impressionnante calandre Panamerica, ça fait presque peur.

Longue liste d'attente

AMG promet que tout cela n'a qu'un seul but: améliorer les performances. La voiture ressemble à un animal sauvage prêt à réduire l'asphalte en poudre. Elle affiche un comportement si précis et si sûr que virage après virage, on ne peut s'empêcher de repousser la limite. C'est vrai, des engins comme la Porsche GT3 ou l'Audi R8 sont capables d'en faire autant. Mais là où ces dernières font dans la sobriété, l'AMG GT-R provoque un emballement du rythme cardiaque.

A chaque virage, le conducteur parvient à être plus rapide. Même sans le garde-fou qu'est l'ESP, on sent la voiture très sûre d'elle-même. Mais AMG souligne tout de même qu'ici, l'électronique est au service du conducteur, et doit lui permettre d'aller toujours plus vite, toujours plus en sécurité. L'ESP repose sur un pilotage électrique par quatre moteurs, qu'AMG avait développé pour la SLS. En pratique, il fait en sorte que quiconque prend le volant de la voiture en garde le contrôle presqu'à l'infini, et se sente comme un héros du pilotage. Il faudra cependant toujours se méfier du péché d'orgueil. Car l'AMG GT-R reste un joujou à 170.247€, et l'endommager s'avérera douloureux. D'autant que la liste d'attente et déjà remplie pour un an au-moins.

Toujours une Mercedes

L'AMG GT-R est par ailleurs capable de montrer un second visage. Nous ne dirons pas qu'elle est aussi confortable qu'une Classe S, mais il faut tout de même reconnaitre que pour une version ultra-sportive, l'ambiance à bord est vraiment luxueuse. Et on ne le doit pas qu'à l'amortissement relativement prévenant, mais aussi, par exemple, au revêtement de cuir des sièges baquets, ou au système d'info-divertissement. Cela dit, un système audio Burmester dans un engin pareil, c'est peut-être exagéré.

Délicieusement sonore, affûtée comme une lame, pure et dure comme aucune autre Mercedes avant elle, sa teinte verte colle merveilleusement à son âme "enfer vert". Oui, enfer vert comme Nürburgring, le terrain de jeu où elle ne manquera pas de briller. Quelques tours couteau entre les dents, et on rentre à la maison. Et vert, ce pourrait aussi être la couleur du visage du passager, tandis que le conducteur pilote l'AMG GT-R comme elle mérite de l'être… (sp-x/bb/jms)

Moteur V8 bitrubo, essence, 3.982cc
585 ch à 6.250 t/min
700 Nm de 1.900 à 5.500 t/min
0-100 km/h en 3,6 secondes
Pointe: 318 km/h
Conso: 11,4 l/100 km
CO2: 259 g/km
Prix: 170.247€

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus