De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Quelques jours après l'annonce officielle de sa naissance, une spectaculaire supercar a fait sa première apparition publique au Goodwood Festival of Speed, marquant ainsi la renaissance d'une marque mythique : De Tomaso.

Fondée à Modène en 1959 par un Argentin (tiens, comme Pagani des années plus tard), De Tomaso a marqué le petit monde de la GT jusque dans les années 80, principalement avec son modèle phare, qui mariait style italien et gros V8 Ford : la Pantera. Dans les années 90, la marque périclite, produit encore deux modèles restés relativement anonymes, et passera ensuite de main en main pour atterrir, en 2014, dans celles d'un consortium hongkongais, propriétaire aussi d'une autre marque de supercars, Apollo, ex-Gumpert.

2da06b46-de-tomaso-p72-06

Mécanique pure

La rumeur d'une nouvelle DeTomaso était dans l'air depuis longtemps et la semaine dernière, le monde a découvert avec stupeur cette beauté sculpturale : la P72. Le constructeur la présente comme un hommage à la P70, une barquette de compétition créée en 1965 en collaboration avec Shelby, produite à un seul exemplaire… et n'ayant participé qu'à une seule course en 1966. Une référence guère légendaire, mais soit. Le dessin est magnifiquement rétro, et cache un châssis ultramoderne tout en carbone, que la De Tomaso emprunte à sa sœur industrielle Apollo Intensa Emozione.

ca362d23-de-tomaso-p72-24

La P72 se veut d'une pureté absolue, puisqu'elle dispose, en position centrale arrière, d'un V12 atmosphérique envoyant quelques 750 ch aux roues postérieures, via une boîte manuelle. Voilà en tout cas pour ce "concept", car les spéculations vont bon train concernant le moteur du modèle de production : V12 italien, ou V8 Ford pour rester fidèle à la tradition ? Car oui, la DeTomaso P72 sera bien produite, à 72 exemplaires facturés 750.000€ l'unité.

324c7935-de-tomaso-p72-08

Quand l'hôpital se fout de la charité

Si la DeTomaso a fait forte impression à Goodwood, il y en a un à qui elle ne plait guerre : le richissime collectionneur James Glickenhaus. Celui-ci s'est en effet fendu d'un post sur Twitter, dans lequel il reproche à la P72 de curieusement ressembler comme deux gouttes d'eau à son projet Ferrari P4/5 by Pininfarina de 2006.

Capture

Admettons, les similitudes sont en effet saisissantes. Mais on rappellera juste que la P4/5 de Glickenhaus était elle-même très inspirée de la Ferrari 330 P3/4 des années 60, que vous voyez ci-dessous. Une inspiration si directe d'ailleurs que Ferrari ne tarda pas à sommer Glickenhaus de retirer toute référence à la marque de sa voiture.

1966-ferrari-330-p3-4

En gros, il reproche à quelqu'un d'avoir copié sa copie. Les gens sont d'un sans-gêne, je vous jure…

997d997b-de-tomaso-p72-19

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Ferrari F8 Spider : Pilule bleue

Actualité auto

Bugatti Chiron 300+ : Du record à la production

Actualité auto

Lamborghini Sián : Taureau hybride

Actualité auto
Afficher plus