Prise de contact: BMW Serie 5 – Miser haut

Lorsqu'elle évolue dans le paysage, la nouvelle BMW 5 crée moins d'agitation autour d'elle. La 5 rentrerait-elle dans le rang?

La 5 doit dégager du sérieux et de la sportivité. Deux caractéristiques que la rivale de BMW aux Mercedes E et Audi A6 affiche depuis des temps immémoriaux. Du moins jusqu'à la précédente génération et son style plus moderniste. Et lorsque les premières images de la présente succession furent révélées l'an dernier, les réactions ont divergé: soulagement pour les uns, déception pour les autres.

5 L/100 KM

Bien que la Serie 5 fasse ses débuts sans système Stop/Start – ce sera pour la 520d qui arrive en juin – les consos moyennes de toutes les versions sont sérieusement revues à la baisse. La 520d (184 ou 163 ch) consomme selon BMW à peine 5,0l/100 km (CO2: 132g/km). La 530d à boîte auto se contente de 6,2 litres, quelques 0,4 litres de mieux que la précédente. Remarquable, d'autant que l'aérodynamique n'a pas changé (CW 0,28) et que la nouvelle 5 pèse 110 kg de plus. BMW a également veillé à faire baisser la consommation des moteurs essence.

Plus de dynamisme et plus de confort de roulage, c'est ce que promet BMW avec cette nouvelle 5. Pour servir tout le monde au mieux, BMW propose trois configurations de châssis: un à amortisseurs hélicoïdaux, un châssis Sport M surbaissé d'un centimètre et un châssis Dynamic Drive à suspensions pilotées. Les deux derniers sont en option. Avec le Dynamic Drive, on peut choisir entre un réglage confort, un autre plus dur et plus sportif et un autre encore plus sportif, à la sauce M. Durant l'essai, le châssis Dynamic Drive n'a pas tout à fait réussi à nous convaincre. Le châssis de base par contre nous semble parfaitement à même de satisfaire aux exigences de 90% des clients de la Serie 5.

Autre nouveauté, les quatre roues directionnelles. Elles offrent une aide précieuse en manœuvres urbaines en réduisant le diamètre de braquage d'un bon demi-mètre (soit 11,5 m). Jusqu'à 60 km/h, les roues arrière tournent dans le sens inverse des roues avant (avec un angle maximal de 2,5 degrés). Au-delà de cette vitesse, elles suivent le même braquage que les roues avant. L'effet est que la voiture semble plus petite et plus agile que ses 4,9 mètres le laisseraient supposer.

La voiture prend les courbes comme une vraie 5. C'est rapide et sportif, ça communique avec le conducteur. Les moteurs sont au mieux de leur forme et on peut les accoupler en option à une superbe boîte auto 8 rapports. BMW semble en position de rendre à la 5 sa place au top du top. Bon marché, elle ne l'est pas. Mais c'est une tradition…

La 520d coûtera en juin 40.650€. Lors du lancement en mars, la moins chère sera la 523i (204 ch, CO2: 177g/km) à 43.550€. La moins chère des diesel sera la 525d (204 ch, 162g). Pour le moment, la transmission intégrale xDrive n'est pas disponible.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Italdesign GT-R50 : Une Nissan à 1 million

Actualité auto

Jaguar F-Type: Sauvons le coupé !

Actualité auto

Schmidt OSS Project Blitz : Porsche 912 électrique

Actualité auto
Afficher plus