Test: Alfa Romeo Mi.To TCT – La DSG italienne

Profitant déjà des motorisations Multiair, la séduisante petite Alfa Mi.To ajoute une corde à son arc en proposant la toute nouvelle boîte de vitesses robotisée à double embrayage et six rapports.

Cette boîte, baptisée Twin Clutch Technology (TCT) est la réponse du Groupe Fiat à l’excellente DSG du Groupe Volkswagen. Leur fonctionnement et leur architecture sont d’ailleurs fort semblables, avec un deuxième disque d’embrayage qui «prépare» le passage du rapport suivant de manière à en réduire sensiblement la durée, évitant ainsi les ruptures de charge.

Benzina solo

Cette boîte, la Mi.To l’a reçue en primeur, et uniquement avec la motorisation essence 1.4 Multiair de 135 chevaux. Un petit moteur sympathique par ses performances et par sa consommation grâce à la technologie Multiair, permettant de contrôler au plus juste l’air introduit dans les soupapes d’admission pour une combustion optimale. Notre consommation moyenne s’établissait à 7,8l/100km lors de notre essai sans ménager notre monture, alors que les chiffres officiels avancent 5,5l/100km (CO2: 126 gr/km).

Il faudra sans doute attendre que Fiat étende l’implantation de sa boîte TCT à d’autres motorisations, diesel notamment, pour que celle-ci se répande vraiment. Car malgré ses qualités, la puissance conséquente de ce petit bloc peut constituer un frein pour certains acheteurs, d’autant que le prix du modèle, fixé à 21.150 euros en finition Distinctive, seule proposée, n’est moins cher que de 800 euros qu’une version haut de gamme Quadrifoglio Verde, en boîte manuelle celle-là.

Dolce e vivace

On espère de tout cœur que cette attente ne sera pas trop longue, car à l’usage, cette boîte TCT se montre des plus agréables. Que ce soit en conduite paisible ou en pleine charge, les rapports s’enchaînent en toute douceur et le passage de l’un à l’autre est pratiquement imperceptible. En fonctionnement automatique, la boîte se gère très bien, tant en mode normal qu’en activant le mode «Dynamic» à l’aide du sélecteur Alfa DNA (fourni de série), et l’étagement des rapports se marie plutôt bien au tempérament de l’auto.

Bien entendu, il est aussi possible d’en prendre le contrôle manuellement grâce aux petites palettes situées derrière le volant. Leur fonctionnement logique (pression à droit pour monter d’un rapport, à gauche pour rétrograder) permet une accommodation très rapide, même si l’on aurait préféré qu’elles soient fixes plutôt que d’être solidaires du volant.

Seule la réponse au «kick-down» aurait pu être un peu plus réactive et moins brutale que dans le cas présent où la période de latence se termine par un gros à-coup en moment de la reprise.

Bella macchina

Le reste de la Mi.To est inchangé. Et en près de trois années de carrière, la petite Alfa Romeo n’a rien perdu de son pouvoir de séduction. Toujours aussi pimpante, elle offre une large gamme d’habillages et d’accessoires de manière à ce que chacun puisse personnaliser son auto à sa guise. Des charmes contrebalancés par des défauts connus comme une qualité de fabrication parfois un peu en berne ou un coffre vraiment pas pratique.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: Alfa Romeo Disco Volante Spyder – Par amour du style

Essais · Alfa Romeo

Test: Alfa Romeo Stelvio – Plutôt pas mal

Essais · Alfa Romeo

Test: Alfa Romeo Giulia Veloce – De mieux en mieux

Essais · Alfa Romeo
Afficher plus