Passer au contenu principal

Aston Martin Vantage AMR : Espèce en voie de disparition…

Lors de son arrivée à la tête d’Aston Martin, Andy Palmer promettait que la marque disposerait "toujours" d’une boîte manuelle dans sa gamme. L'heureuse élue est la série limitée Vantage AMR, dotée d'une solution mécanique des plus originales.

Aston Martin propose depuis la fin de l’année dernière la Vantage AMR, une série limitée qui célébre le 60ème anniversaire de la victoire d’Aston Martin aux 24 Heures du Mans 1959. D’ailleurs, sur les 200 unités produites, 59 seront habillées d’une robe « Vantage 59 » rappelant la livrée de la DBR1 victorieuse.

vantage-amr-32.

Boîte originale

Directement inspirée des Vantage GTE de compétition, la Vantage AMR est conçue comme une version plus pointue du coupé anglais. Elle pèse quelques 95 kg de moins que la version normale, grâce à de nombreux éléments en carbone (toit, rétroviseurs, diffuseur…), et bien sûr grâce à une manuelle, plus légère que la boîte auto. Une denrée qui devient rare sur le segment des sportives haut de gamme.

vantage-amr-34.

D’autant plus rare que cette boîte étonne à plus d’un titre. Elle adopte non seulement 7 rapports, mais aussi une architecture appelée « dog-leg ». La première se trouve donc en bas à gauche sur la grille, vers le conducteur, puis les rapports sont disposés selon une grille conventionnelle. Une solution héritée de certains modèles de compétition des années 60 et 70, qui permettrait d’accélérer les passages entre les 2ème et 3ème, et 4ème et 5ème, ainsi disposés dans le même alignement. En outre, le maniement de la boîte impose de bien décomposer les mouvements pour enchaîner les rapports sans accroc… là aussi à la manière d’une sportive ancienne.

vantage-amr-30.

Compliquée, mais joueuse !

Dans les faits, la boîte demande une certaine gymnastique mentale pour engager le bon rapport en conduite active. Nul doute que les acheteurs qui prendront le temps de s’y familiariser la manieront avec aisance mais durant mes quelques heures d'essai, il m’est arrivé à plusieurs reprises d’engager la seconde en cherchant la troisième, ou la quatrième au lieu de la troisième. Difficile dans ces conditions de tirer le meilleur parti du coupé. Néanmoins, cette configuration manuelle nous a semblé plus joueuse du train arrière que la variante automatique. En mode Sport+, une vigilance de tous les instants est même requise, surtout sur les routes jonchées de feuilles mortes détrempées par la pluie incessante du jour de l'essai.

vantage-amr-31.

Bien que son couple ait été légèrement réduit, à 625 Nm tout de même, le V8 4.0l Biturbo de 510 chevaux fait preuve d’une certaine virulence dans ses réactions. Et puisque le rail de sécurité n’est jamais très loin, nous tiendrons fermement le volant pour éviter une sanction immédiate. Ce moteur toujours plein de caractère pousse néanmoins très fort : 4 secondes suffisent à passer de 0 à 100 km/h, et la vitesse de pointe culmine bien au-delà des 300 km/h ! A des vitesses plus raisonnables, cette AMR fait preuve d’un étonnant confort, qui rend les longs trajets à son bord tout à fait envisageables. Ceci rappelle donc que l'AMR reste avant tout une Vantage, l'une des GT les plus désirables de son temps.

vantage-amr-38.

Aston Martin Vantage AMR
Moteur V8, essence, biturbo, 3.982cc
Puissance 510 ch à 6.000 t/min
Couple 625 Nm de 2.000 à 5.000 t/min
0-100 km/h 4 secondes
Pointe 314 km/h
Consommation 12,5 l/100 km
Moyenne de l'essai > 16 l/100 km
CO2 285 g/km
Prix 211.745€

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: Aston Martin Vantage – Elégante furie

Essais · Aston Martin

Test: Aston Martin V12 Zagato – Flegme british, allure italienne

Essais · Aston Martin
Afficher plus