Test: Opel Adam S – Ni plus, ni moins…

L'Adam déjà très versatile esthétiquement parlant vient d'ajouter une tenue à sa garde-robe: survet' et baskets.

Et on se disait bien que ça manquait dans la gamme. Pas tant pour le look, puisqu'on avait déjà largement de quoi faire jusque-là, mais nous avions senti que le châssis de l'Adam était bien né et qu'une petite version sportive serait assez délicieuse. Ben la voilà.

1.4 Turbo

L'Adam S reçoit le 1.4 Turbo essence, dont dispose déjà l'Astra en versions 120 et 140 ch. Ici, il lâche 150 ch et 220 Nm, mais ne nous emballons pas. Ceci n'est pas un des remarquables moteurs Opel de nouvelle génération et en l'essayant dans l'Astra GTC par exemple, nous nous étions demandé qui avait volé 30 des 140 ch promis. Mais bon, Wait and see…

Opel a par ailleurs confié au département OPC les retouches des réglages du châssis et de la direction, OPC qui fournit aussi le système de freinage. Avec l'Adam S, le constructeur a choisi la simplicité: pas à bord de bouton "Sport" qui vous change tel ou tel paramètre: la voiture est telle qu'elle est, en permanence. C'est un peu l'esprit GTI: une voiture compacte, agile, avec un moteur qui donne du jus et dont on peut déconnecter l'ESP. Rock 'n Roll!

Petit bonheur

D'entrée de jeu, la sonorité un brin hargneuse de l'échappement met dans l'ambiance et dès les premiers mètres, on sent qu'on a dans les mains une voiture qui veut vous transmettre des choses. La prise d'embrayage est directe et facile à doser, l'accélérateur a la bonne sensibilité, la direction est ferme juste ce qu'il faut… L'Adam S sent la petite bombe à plein nez, mais n'en demeure pas moins docile: on peut la conduire tranquillement mais même là, on sent la boule de nerfs. Un régal. La première chose que l'on remarque concernant le moteur, c'est sa souplesse. Il accepte presque tout en troisième, même à 1.000 tours. Ensuite, la montée est linéaire jusqu'au réveil du turbo, qui met le petit coup qu'on attendait.

Il a beau avoir 10 ch de plus, le 1.4 Turbo ne parvient pas à faire oublier son âge. Les 150 ch plus jeunes que lui ont vraiment plus de caractère, surtout si on leur greffe une boîte manuelle 6 à étagement relativement court, comme c'est le cas ici. 0-100 en 8,5 secondes, c'est pas mal, mais c'est pas extraordinaire non plus. N'empêche, l'Adam S donne largement assez de plaisir, notamment grâce à sa belle tenue de route et à son empattement réduit, synonyme de comportement plutôt vif. Il n'en faut ni plus ni moins. En fait s'il y en avait plus, le train avant déjà parfois dépassé par les évènements (typiquement Opel) ne saurait plus où donner de la tête. Donc on le répète, l'Adam S est juste ce qu'il faut. Juste ce qu'il faut de puissance, juste ce qu'il faut de look Grrr, juste ce qu'il faut de confort de roulage et bien plus d'insonorisation qu'on en attendait. S'il y avait une seule chose à corriger, ce serait la sensibilité parfois excessive en ligne droite de la direction. Pour le reste, nous aimons autant cette Adam que toutes les autres Adam. En fait non: ceci est notre Adam préférée. Prix d'attaque: 18.995€.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: Opel Grandland X 2.0 CDTi – Nouveau haut-de-gamme

Essais · Opel

Test: Opel Insignia Country Tourer – Le break Hipster

Essais · Opel

Test: Opel Insignia Sports Tourer 2.0 CDTI – Avec style…

Essais · Opel
Afficher plus