Test: Toyota Rav4 – Back to the roots

Pionnier du concept de SUV tel que nous le connaissons aujourd'hui, le Rav4 passe le cap des 25 ans en entrant dans sa cinquième génération. Et au passage, il opère un retour aux sources.

Pour comprendre de quelles sources nous parlons, il faut passer rapidement en revue toutes les générations. La première était esthétiquement originale, et fun à conduire. La seconde était plus classique mais avait toujours une gueule, et était encore plus fun. Génération 3 et 4, patatra : le Rav4 devient une sage familiale presqu'anonyme, et il a les chevilles molles. Confort et tranquillité d'esprit, ça oui, mais le fun est tombé aux oubliettes.

Dans ta face

Question look d'abord, vous conviendrez que le nouveau Rav4 ne fait pas dans l'anonymat. Une face avant bien verticale, une calandre proéminente, des angles, de la carrure… Il a quelque chose de certaines générations du Land Cruiser et, à notre avis, cette attitude un brin agressive dénote dans le paysage SUV actuel. Dans l'habitacle, on retrouve le thème anguleux et quelques détails évoquant la robustesse du monde du 4x4.

Le nouveau Rav4 fait évidemment le plein de technologies et coiffe le Range Rover Evoque au poteau, en étant le premier sur le marché à proposer un rétro intérieur dont toute la surface peut devenir un écran, affichant l'image d'une caméra logée en haut de la lunette arrière. Pratique quand par exemple on part en vacances, et que le coffre est bourré jusqu'au toit.

Notez qu'il faudra se donner du mal pour arriver à bout des 580 litres de ce coffre. D'ailleurs, le Rav4 est globalement impressionnant d'habitabilité. Certes, c'est un grand bébé de 4,6 m de long mais n'empêche, les places arrière sont d'une générosité étonnante.

Nouveau système hybride

Qu'on se le dise, il n'y a plus de diesel sous le capot du Rav4. L'offre se compose d'un classique 2.0 essence de 175 ch (2WD ou 4WD), et bien sûr… d'une version hybride. Le Rav4 reçoit à son tour le nouveau système de la Lexus ES, composé d'un 2.5 essence et d'un moteur électrique, le tout pour 218 ch. Une différence : le Rav4 existe en 4x4, il dispose alors d'un second moteur électrique, et la puissance totale est de 222ch.

En général, c'est là qu'on vous dit qu'en conduite active, le système nous vrille la tête de ses vocalises. Et bien là, pas trop. Soit nous nous sommes habitués (l'essai Lexus remonte à deux semaines seulement), soit nous avons trouvé la parade : une conduite réellement rapide mais fluide, qui consiste à conserver de la vitesse autant que possible plutôt que de jouer "gaz à fond - frein à bloc". Et comme nos oreilles ne demandaient pas grâce, nous avons pu constater que le Rav4 hybride offre des performances très acceptables pour un conducteur normal qui aime parfois se lâcher, et surtout… que le châssis suit ! Elles sont très, très loin, les chevilles molles. Nous ne disons pas que Toyota a créé le Lamborghini Urus du pauvre, mais le retour aux sources est bel et bien confirmé. Le nouveau Rav4 est rigoureux, équilibré, et ne se laisse pas dépasser si facilement. Vraiment du beau boulot.

Et nous terminons avec cette impression que décidément, l'hybridation semble être entrée dans une nouvelle ère d'efficacité. Jusque-là, nous n'avions que très rarement été impressionnés par les consos moyennes réelles des hybrides, qui se plaçaient, pour des véhicules comparables, entre celles de l'essence et du diesel. Et encore, fallait pas trop s'aventurer sur autoroute, où les choses se gâtaient sensiblement. Or là, en quelques semaines… Honda CR-V Hybrid, Lexus ES, aujourd'hui Toyota Rav4 : à chaque fois, des moyennes réelles, sur parcours parfaitement mixte, de quelques 5,5 l/100 km. Pour le moment, le diesel n'a plus qu'un avantage sur le système hybride dont nous parlons aujourd'hui : il n'est pas assassiné par la fiscalité automobile archaïque de Bruxelles et de Wallonie. Mais ça, c'est un autre débat.

Le nouveau Toyota Rav4 démarre à 30.650€ en version essence 2WD, 36.020€ en version hybride 2WD.

Toyota Rav4 AWD-i
Moteur : 4 cyl. essence, 2.487cc + 2 mot. électriques
222 ch à 6.000 t/min
221 Nm de 3.600 à 5.200 t/min
0-100 km/h : 8,1 secondes
Pointe : 180 km/h
Conso : 4,3 l/100 km (NEDC Corrélé)
Moyenne de l'essai : 5,5 l/100 km
CO2 : 100 g/km
Prix : 42.550€

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: Toyota Aygo 2018 – Toujours la plus funky

Test: Toyota Land Cruiser – The Beast

Test: Toyota C-HR – Pas que de la gueule

Afficher plus