Test: Volvo XC90 T8 – Le plus vert des SUV

N'est-ce pas ironique qu'un SUV de 2,3 tonnes se présente comme un véhicule "vert"? Pourtant, c'est pas de la blague. Le Volvo XC90 T8 hybride plug-in est réellement un excellent hybride.

Pour concevoir le XC90 T8, Volvo a utilisé l'expérience accumulée avec la V60 D6. La différence majeure est que Volvo a échangé le moteur diesel de cette dernière contre un puissant moteur essence. Le 2.0 turbo livre à lui seul 318 ch, auxquels le moteur électrique ajoute ses 82 ch. Et lorsque les deux unissent leurs forces, ils délivrent un couple de 640 Nm. Les batteries permettent de parcourir jusqu'à 40 km en ville, rien qu'à l'électricité. On peut rouler ainsi jusqu'à 120 km/h et même monter de fortes côtes. Mais bien sûr, on voit alors l'autonomie fondre comme neige au soleil. Et pour recharger, on branche la voiture.

Le Volvo XC90 T8 est homologué à 2,5 l/100 km et 59 gCO2/km, sur des jantes de 19'' au plus. Si vous voulez plus grand – la liste d'options va jusqu'à 22'' – les émissions officielles seront de 64 g/km. Mais sachez qu'avec ses 59 grammes, le XC90 T8 est déductible à 100%, comme nous le font remarquer non sans fierté les gens de Volvo. Aaaah ça y est, là vous êtes attentifs, hein? Facturé 78.500€ de base, le Volvo XC90 T8 est certes un sérieux investissement, mais de très belles compensations attendent les entreprises sous forme d'un ATN extrêmement avantageux.

Confort

Par ailleurs, le XC90 hybride s'avère être à l'usage un véhicule du quotidien aussi séduisant que confortable. On dispose de 5 modes de conduite, dont un mode Power, un Hybride et un Pure, 100% électrique. Nous n'avons pas pu vérifier si l'autonomie annoncée est bien réaliste, mais nous avons tout de même parcouru une bonne dizaine de kilomètres sur les batteries, et celles-ci disposaient encore de pas mal de marge pour la suite de l'essai. Le moteur essence est particulièrement silencieux, la combinaison essence-électrique est donc bien plus agréable que celle de la V60 D6 diesel.

En mode Power, la boîte auto 8 rapports se montre plus prompte à rétrograder et l'amortissement pneumatique est un peu plus ferme. Le XC90 abat alors le 0-100 en 5,9 secondes. C'est donc un véhicule rapide qui sait le faire ressentir, même si au premier virage, on comprend bien qu'il préfère jouer la carte du confort. En mode hybride et moyennant un style de conduite adapté, il n'est pas difficile de garder la moyenne sous les 8 litres. Et si on a l'habitude de n'effectuer que de courts trajets, on utilisera le XC90 comme une voiture électrique. Les batteries étant intégrées au tunnel central, Volvo a réussi à préserver intégralement le volume de coffre, et on a pu conserver la troisième rangée de sièges, livrée en série.

Un peu d'habitude

L'un des aspects les plus surprenants du nouveau XC90 est son habitacle, et plus particulièrement son nouveau système de commandes. Il faut un peu s'y habituer, mais les menus et les défilements par glissement du doigt sont très intuitifs. L'extérieur, nous le décririons comme une réinterprétation moderne du XC90 classique. Avec une longueur à peine inférieure à 5 mètres, le XC90 est une fameuse Volvo. Et large, avec ça: 2,14 m. Du coup, on aurait pu espérer un sentiment d'espace aux places arrière plus prononcé que dans l'ancien XC90, mais ce n'est pas le cas. Quant à la troisième rangée, elle est carrément interdite aux adultes. Le coffre allant jusqu'à 1.816 litres est par contre toujours aussi généreux mais parce qu'il est moins large, il semble moins utilisable que celui du prédécesseur.

Ventes

Les premiers XC90 seront livrés en mai prochain, la version T8 se fera encore attendre jusqu'à l'automne. Pourtant, l'intérêt est déjà grand puisque Volvo annonce 633 précommandes, dont 60% de T8. Le constructeur compte sur 1.600 ventes annuelles chez nous.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: Volvo V60 – Le break suédois à l’accent belge

Test: Volvo XC40 D4 – Notre Suédois national

Test: Volvo XC60 D5 – Dans la cour des grands

Afficher plus