Avant-première: Peugeot 208 GTi – La mèche est allumée…

...mais la petite bombe ne commencera à exploser qu'au printemps 2013. En clair: la 208 GTi est confirmée et avec 200 ch sous le capot, elle promet de réjouir les connaisseurs.

Depuis de longues années, même les constructeurs qui ont donné aux GTi leurs lettres de noblesse (Peugeot et VW) ont galvaudé cette appellation en l'apposant sur des voitures parfois vaguement dynamiques, mais en tout cas jamais légères. Mais cette fois, ça y est.

Inspirée par...

D'ailleurs la communication Peugeot ne s'y trompe pas puisqu'elle dit que la 208 GTi a été inspirée par et se veut une interprétation moderne de... la 205 GTi. Oubliées les 206 et 207. Et de fait par rapport à ces dernières, la 208 GTi a une présence infiniment plus affirmée. Les voies par exemple sont élargies de 10 mm à l'avant et 20 mm à l'arrière, ce qui n'a l'air de rien mais donne à la voiture une posture un peu plus agressive. Et l'omniprésence de touches rouge, de la languette de bouclier avant au logo GTi de montant arrière en passant par les seuils de porte et l'habitacle, insistent sur le fait qu'on n'a pas affaire à "n'importe quelle" 208.

Sportive

Sous le capot, la 208 GTi recevra le 1.6 turbo dans sa version 200 ch et 275 Nm qui, grâce à une boîte 6 à étagement court, enverra les 1.160 kg de la voiture (165 kg de moins que la 207 GTi) de 0 à 100 km/h en moins de 7 secondes. Bien sûr tout ce qui doit donner un comportement sportif à la voiture a été revu: ressorts, amortisseurs, barre antiroulis, berceau avant, traverse arrière... Et on complète avec une chausse de 17'' en 205/45. Enfin la voiture devrait freiner aussi bien qu'elle accélère, puisque les disques ont été surdimensionnés. Et que les conducteurs les plus expérimentés se réjouissent: l'ESP est entièrement déconnectable: Fin du fin: Peugeot a travaillé la sonorité de l'échappement. Bref, c'est le retour de la Peugeot GTi joueuse et expressive.

Qu'il est loin le printemps prochain!

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus