Passer au contenu principal

Mobilité électrique : C'est pas gagné…

Rêve pour les uns, cauchemar pour les autres : certains voudraient que la voiture électrique soit bientôt la seule autorisée dans les villes. Mais Sibelga vient de réveiller tout le monde.

Avant de poursuivre, nous insistons sur le fait que nous ne sommes pas des anti-électrique rabiques, ni des pros-électriques fanatiques. Nous avons souvent l'occasion d'écrire ici que nous trouvons les voitures électriques très intéressantes à conduire, de la même manière que nous écrivons que le moteur thermique ne mérite pas d'être condamné. En clair, nous cherchons juste à informer en gardant l'église au milieu du village.

Audi-e-tron-2020-1280-f1

Démagogie

Si nous ne sommes donc pas des anti-électriques, nous sommes en revanche très profondément anti déclarations démagogiques. Exemple : la récente annonce de la Région Bruxelloise de vouloir interdire totalement les voitures diesel dès 2030, et les voitures essence en 2035. Le gouvernement de la Capitale se rêve donc en paradis silencieux de la mobilité 100% électrique. On se demande de prime abord quand arriveront les bornes de recharges qui permettront de réaliser ce joli rêve, et surtout qui les paiera. On imagine alors que des concessions seront proposées à des entreprises privées de type Ionity (voir plus loin), qui développeront à leurs frais le réseau de rechargement, et encaisseront les bénéfices ensuite. C'est de bonne guerre. Seulement voilà : dans le journal l'Echo du 17 janvier, Sibelga, qui gère le réseau électrique à Bruxelles, révèle que la ville n'est pas prête. Mais alors pas du tout…

Volkswagen-e-Up-2020-1280-c5

88%

Dans 88% des rues de la capitale, le réseau électrique est tel qu'il est impossible d'y installer des infrastructures de recharge rapide à 400V. Même un simple WallBox domestique est inenvisageable, à moins d'acheter en plus un transformateur adhoc. Sans cela, on devra se contenter de recharger sur 230V, ce qui, pour une voiture électrique, demande de 10 à… 30 heures.

Hyundai-Kona Electric-2018-1280-62

Les réseaux wallons et flamands sont semble-t-il mieux lotis, ceux qui viennent de l'extérieur pour travailler à Bruxelles pourront donc aisément recharger chez eux. Mais quid des habitants de la ville, à qui toute voiture thermique sera aussi interdite ? Deux solutions : soit le gouvernement bruxellois va revenir sur sa décision, soit il va falloir se préparer à voir les trottoirs de la capitale éventrés durant des années. Au frais du contribuable, bien évidemment.

Peugeot-e-208-2020-1280-2b

Hausse des tarifs

Et comme si cela ne compromettait pas déjà assez l'idéal de mobilité électrique, on vient d'apprendre que son attrait économique était lui aussi compromis. Ionity, le consortium qui réunit VW, Porsche, Mercedes, BMW, Ford et Hyundai-kia, a annoncé une solide hausse des tarifs. Actuellement, est appliqué un tarif forfaitaire de 8€ par recharge, quelle que soit la quantité d'électricité. C'était le tarif de lancement. Dès le 31 janvier, Ionity passera à une facturation de 0,79€/kWh, devenant ainsi le plus cher des opérateurs du secteur. Pour vous la faire courte, le coût du "carburant" serait alors identique à celui d'une voiture essence consommant 10 l/100 km. Comme incitation à changer ses habitudes, on a vu mieux. Face au tollé que cette annonce a suscité, certaines marques du consortium ont réagi en proposant leurs tarifs préférentiels respectifs… conditionnés à la souscription d'un abonnement.

Mais à part ça, c'est chouette, les voitures électriques…

467950a9-ionity-facture-desormais-la-recharge-de-voitures-electriques-par-kwh-d-electricite w800

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Kia Sorento : Aussi en électrique

Actualité auto

Chevrolet Camaro : Un exemplaire rarissime à "seulement" 100.000$

Actualité auto

Erhard Schnell : Décès du père de l'Opel GT

Actualité auto
Afficher plus