Passer au contenu principal
Message

Après ta connexion, tu pourras utiliser AutoScout24 de manière optimale

  • Synchronisation des favoris
  • Sauvegarder les recherches
  • Placer ton annonce

Audi SQ8 : que demande le peuple

Audi glisse un V8 essence de 507 ch sous le capot de son grand SUV-Coupé dans l'espoir de créer l'auto sportive dont le marché rêve actuellement. Icare se brulera-t-il les ailes ?

On ne doit plus vous en faire un dessin : les SUV ont la cote de nos jours. Là est certainement la raison du jeu de passe-passe entre essence et diesel qui se produit à Ingolstadt. Eh oui, alors que les versions sportives d'entrée de gamme – baptisées S dans la famille Audi – des A4 et A6 tournent désormais au gazole, les gros Q7 et Q8 font le chemin inverse. La dure réalité des amoureux de sportives pétaradantes est la suivante : Audi écoulera certainement plus de SQ8 que de S6 Avant…

AS24 Audi rijdend voor

Retour en fanfare

Alors que les versions S des gros SUV d'Audi ont originellement été introduites sur le marché avec un bruleur de gazole sous le capot, la reine sans plomb fait désormais son retour. Cela étant, Audi n'a pas dû retourner ciel et terre pour cette transformation. Le nouveau SQ8 reprend en effet le fameux V8 biturbo de 4,0 litres bien connu des anciennes S6, S7 et même de toutes les versions RS.

Dans cette mouture-ci, il dégage 507 ch et 770 Nm de couple. C'est amplement suffisant pour faire passer cette grosse bête de 2,4 tonnes jusqu'à 100 km/h en seulement 4,1 secondes ! Evidement, comme à l'accoutumée chez Audi, ces performances sont rendues possibles grâce à la transmission intégrale quattro. Dans cette version sportive, elle fait non seulement partie de la dotation de base, mais elle s'équipe d'un calibrage du différencie central spécifique. En option, elle peut même bénéficier d'un différentiel arrière à vectorisation de couple.

AS24 Audi statisch achter

Monsieur Tout-le-monde

Outre ce changement de motorisation, cette nouvelle version du SQ8 conserve ses modifications extérieures relativement discrètes. Pour une puissante machine sportive forte de plus de 500 ch, cet Audi SQ8 est relativement passe-partout. Du moins, autant que puisse l'être un gros SUV de 5 m de long à la gigantesque calandre.

Une calandre qui abrite d'ailleurs un logo "SQ8" et qui se pare d'une teinte argentée matte, tout comme les rétroviseurs. Avec les quatre sorties d'échappement, voilà les principaux éléments qui différencient cette variante sportive des autres Q8. Dans l'habitacle, à part un bouton de démarrage bordé de rouge, c'est business as usual.

AS24 Audi interieur

Plus d'un tour dans son sac

Bien qu'elle soit appliquée à un gros SUV, la recette spécifique aux véhicules S d'Audi reste ici bien présente. On y trouve toujours un véhicule au look relativement normal mais qui en a sous le capot. D'ailleurs, histoire que ce mastodonte ne fasse pas glisser ses rétroviseurs au sol à la première courbe, Audi l'équipe de suspensions adaptatives à air de série. Toujours dans l'espoir de cacher sa taille et sa masse, le SQ8 se dote également du train arrière directionnel.

Cela étant, pour un supplément de quelque 7.000 euros, le gros SUV sportif veut défier les lois de la physique avec sa stabilisation électromécanique active du roulis à 48 volts. Cette technologie partagée avec les autres SUV sportifs du groupe (Bentley Bentayga, Lamborghini Urus, etc.) compense les mouvements de caisse intrinsèques au comportement routier d'un gros, grand et lourd SUV.

AS24 Audi freeze voor

Le meilleur des trois mondes ?

Au quotidien, ce SQ8 se prouve remarquablement civilisé. Au démarrage, son V8 ronronne assez que pour vous faire sourire mais pas de trop que pour déranger vos voisins. Sur la route, les suspensions à air – bien que sportives et gérant les mouvements des jantes de 21 à 23 pouces – font régner le confort, en combinaison avec la bonne isolation phonique. Même la soif du rutilant quatre litres est contenue, touchant parfois les 10,9 l/100 km en conduite calme grâce à la désactivation des cylindres.

Pourtant, une fois titillée, la bête se réveille et montre les crocs. En mode Sport, la boîte automatique à 8 rapports – qui est d'ailleurs dépourvue de la latence au démarrage qu'elle présentait précédemment – passe les vitesses avec précision et férocité. La suspension à air se rigidifie aussi, même parfois un peu de trop, et fait de son mieux pour contrôler l'animal lancé à pleine vitesse. Même sur notre modèle d'essai sans le contrôle du roulis actif, le SQ8 sort son épingle du jeu. En bonne Audi sportive, il reste cependant roi des dépassements et des pointes de vitesse en ligne droite.

AS24 Audi rijdend achter

Verdict

À 108.430 € (125 500 € en France), l'Audi SQ8 n'est certes pas donné. Cependant, il se donne les moyens d'offrir une conduite relativement sportive et une abondance de puissance, le tout dans un emballage passe-partout selon les codes des gros SUV Audi. Tant sa combinaison d'efficacité sur route dynamique et de confort est impressionnante, on en viendrait à douter de la raison d'être du plus puissant RS Q8…

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Audi E-Tron GT : avec les remerciements de Stuttgart

Essais · Audi

Audi E-Tron S Sportback : trop, c'est trop

Essais · Audi

Audi A3 Berline 35 TFSI : bagarre de popularité

Essais · Audi
Afficher plus