Test: Citroën Berlingo – Plus que jamais le meilleur !

Citroën a mis les petits plats dans les grands au moment de renouveler son Berlingo ! Les derniers détails qui trahissaient les origines utilitaires sur le précédent modèle ont été définitivement gommés, et la nouvelle version relègue à des lieues les autres ludospaces du marché.

Si la partie arrière calquée sur celle de l'ancien modèle peut laisser penser à un profond facelift, il n'en est rien ! Le Berlingo repose sur une plateforme «mixte» mariant l'avant de celle du Peugeot 3008 (entre autres) à l'arrière de celle de l'actuel modèle. Un choix dicté par la praticité, le positionnement des suspensions arrière permettant de libérer 6 centimètres supplémentaires entre les passages de roues. Les dimensions ne progressent que peu (+3 cm en longueur, +2 cm en largeur) pour un volume de coffre minimal de 775 litres. Voilà pour la version courte.

Car l'une des grandes nouveautés est l'apparition d'une version XL 35 centimètres plus longue. Là, les valeurs de chargement deviennent réellement gargantuesques : 1.050 litres de coffre et jusqu'à 3,05 mètres de plancher de chargement plat en repliant les sièges arrière et le siège passager avant ! De quoi envisager sereinement vos samedis chez Ikea... ou emporter deux passagers supplémentaires grâce aux variantes 7 places, réellement exploitables par des adultes sur le châssis long.

Voiture à vivre

A ces volumes records s'ajoutent une modularité portée à un niveau jamais atteint. Le Berlingo peut proposer jusqu'à 186 litres de rangements à bord grâce notamment à l'airbag positionné dans le ciel de toit, libérant une seconde et vaste boîte à gants réfrigérée sur le dessus de la planche de bord. Le toit Modutop renouvelé intègre un pavillon central translucide faisant également office d'espace de rangement cloisonné, et reconduit le coffre intégré au pavillon.

Les matériaux utilisés et l'équipement sont au meilleur niveau du segment, intégrant pas moins de 19 systèmes d'aide à la conduite. Parmi eux, l'aide au freinage d'urgence, la surveillance d'attention du conducteur, l'alerte de franchissement de ligne et le régulateur de vitesse sont fournis de série, au même titre que l'allumage automatique des phares et les rétroviseurs chauffants ! Pas mal pour.... 17.400€ ! Vraiment, le Berlingo sait comment gâter les familles !

Le confort, surtout

Mais la meilleure surprise que nous réserve le Berlingo est sur la route. Le ludospace s'y montre désormais digne d'une voiture particulière. La caisse est très bien maintenue en toutes circonstances, la nouvelle direction électrique est légère et consistante, et les suspensions assurent un confort royal en toutes circonstances. La montée en gamme du Berlingo se confirme également au travers des solutions mécaniques retenues.

En essence comme en diesel, ce sera turbo pour tout le monde ! Le 1.2 Puretech est proposé en version 110 et 130 chevaux. Un moteur qui se montre bien suffisant dans sa configuration la plus modeste, avec des relances nettes et un étagement soigné de la boîte à six rapports. En diesel, le 1.5 HDI est décliné en 75, 100 et 130 chevaux. Ce dernier distille un agrément indéniable grâce à son couple généreux (300 Nm) et à la douceur de fonctionnement de la boîte automatique à huit rapports (également disponible sur le 1.2 Puretech 130). Sa sonorité reste en outre parfaitement contenue par l'insonorisation poussée de ce nouveau modèle, par ailleurs peu sujet aux bruits aérodynamiques aux allures légales.

|--------| |Moteur : 4 cyl., turbo, diesel, 1.499 cc| |130 ch à 3.750 t/min| |300 Nm à 1.750 t/min| |0 à 100 km/h : 12,3 secondes| |Pointe : 184 km/h| |Conso : 4,4 l/100km| |Moyenne de l'essai : 6,2 l/100km| |CO2 : 115 g/km| |Prix : 25.050 €|

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: Citroën Berlingo 1.5 HDI EAT 8 – Le SUV des familles

Test: Citroën C4 Cactus – Le test du tapis volant

Test: Citroën C3 Aircross – Mieux vaut tard…

Afficher plus