Test: Hyundai i30 Wagon – Sur tous les fronts!

Avec sa nouvelle i30, Hyundai a lancé une offensive d’envergure contre les stars du segment des compactes et attaque tous azimuts. Ainsi, en attendant une future et inédite déclinaison trois portes, c’est aujourd’hui le break qui fait son apparition.

Entre le marché belge et les breaks, c’est une véritable histoire d’amour ! Dopés par les ventes aux flottes d’entreprises qui en engloutissent les 2/3, ces derniers représentent 25% des ventes du segment C. C’est dire l’importance pour les constructeurs de proposer une telle déclinaison ! Hyundai l’a compris depuis longtemps puisque la précédente i30 en disposait déjà, baptisée CrossWagon.

On change tout !

Pour cette seconde génération, Hyundai change tout, à commencer par l’appellation qui sera désormais «Wagon», mais aussi par un style nettement plus léché qu’avant. Le break reprend évidemment la partie avant de la berline, avec le nouveau «langage stylistique» propre à la marque, mais s’allonge d’une vingtaine de centimètres par rapport à cette dernière. Un allongement parfaitement intégré dans un design toujours aussi fluide, qui profite évidemment à la contenance du coffre : 508 litres derrière la banquette et jusqu’à 1.642l une fois celle-ci rabattue parfaitement à l’horizontale. Hormis la Peugeot 308 SW, il n’y a pas plus vaste dans le segment ! Un espace qui se veut en plus pratique grâce aux rangements supplémentaires situés sous le plancher.

1.6 GDI

Depuis la suppression des primes gouvernementales qui favorisaient implicitement les motorisations diesel, les acheteurs reviennent en masse vers les voitures à essence. Ainsi, si leur part de marché était tombée à moins de 20% l’an dernier, elle était déjà remontée à plus de 28% au cours du premier semestre 2012. Une aubaine pour Hyundai, qui propose dans sa gamme un 1.6l essence de nouvelle génération délivrant 135 chevaux et 164Nm. Déjà disponible dans l’original coupé Veloster, celui-ci fait preuve d’une belle disponibilité dès les bas régimes et, en bon atmosphérique, aime se laisser mener dans les hautes rotations pour dévoiler son potentiel. C’est toutefois en adoptant une conduite souple à laquelle la boîte se prête le mieux, que ce 1.6 GDI apportera le plus de satisfaction, notamment en contenant sa consommation à 4,9l/100km sur les modèles dotés du Stop&Start.

1.4 CRDI

L’autre moteur proposé lors de notre essai était le petit 1.4 CRDI de 90 chevaux et 220Nm. Motorisation diesel d’entrée de gamme, celle-ci pêche surtout par son amorphie totale sous les 1.800tr/min au-delà desquels ses prestations, sans n’avoir rien de bien nerveuses, se révèlent plutôt correctes pour qui adopte une conduite douce. Mieux vaudra tout de même penser à repasser un voire deux rapports avant d’effectuer un dépassement en toute sécurité.

A la caisse

Dans ses tarifs, l’i30 affiche aussi ses prétentions par rapport à ses concurrentes européennes : comptez 17.699 € pour le 1.4i 100ch Comfort, et 2.000 euros de plus pour son homologue diesel. Les 1.6 GDI et CRDI (110ch) impliquent, eux, de passer directement au niveau de finition Lounge au tarif de 21.199€ et 22.199€ respectivement. A ce prix, les 4 vitres sont électriques, les phares et essuie-glaces sont automatiques, et la climatisation et l’éclairage de virages sont fournis.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: Hyundai i30 N-Line – L'i30 avec une pointe de poivre

Test: Hyundai i40 2019 – Encore plus recommandable

Test: Hyundai i30 Fastback N – Affaire de goûts...

Afficher plus