Passer au contenu principal
Message

Après ta connexion, tu pourras utiliser AutoScout24 de manière optimale

  • Synchronisation des favoris
  • Sauvegarder les recherches
  • Placer ton annonce

Subaru BRZ Final Edition : bye-bye l'outsider

Après neuf ans, la Subaru BRZ prend sa retraite. Nous n'aurons pas droit à la prochaine génération, alors on lui dit revoir en essayant la Final Edition.

Il y a exactement neuf ans, Subaru et Toyota levaient le voile sur un petit coupé sportif. Du pain béni pour les puristes, car le coupé en question combinait la propulsion avec un moteur atmosphérique et une boîte de vitesses manuelle. Le coupé 2+2 était alors baptisé BRZ par Subaru et GT86 par Toyota.

Une fois l'euphorie initiale dissipée, les Toyobaru ont commencé une existence modeste. D'une part parce que le marché de ce type de coupé n'était plus aussi important qu'auparavant, d'autre part parce que la BRZ et la GT86 étaient accusées de manquer de puissance selon les conducteurs les plus radicaux. Cela n'a pas changé le fait que les deux modèles pouvaient compter sur un groupe de fans fidèles.

AS24 BRZ voor

Bye-bye Europe

Aujourd'hui, quelque neuf ans plus tard, le paysage automobile est complètement différent. Les normes d'émission européennes plus strictes, par exemple, ont fait en sorte que Subaru ne voit plus l'intérêt d'importer une BRZ de nouvelle génération sur le vieux continent, alors que le reste du monde peut en profiter. Ce que Toyota fera de sa nouvelle GT86 semble pour l'instant être une question de conjecture.

Heureusement, Subaru dit au revoir à la BRZ sous-estimée de manière appropriée. Avec la Final Edition, une série spéciale limitée à 15 voitures sur notre marché, qui ont déjà toutes trouvé propriétaire à ce jour. Les exemplaires noirs ou bleus de Subaru reçoivent une plaque numérotée, un intérieur en cuir bleu et alcantara noir ainsi qu'un équipement de série généreux.

AS24 BRZ zetel

Recette presque inchangée

Les Japonais ne changent rien au niveau du moteur. Cela signifie qu'il y a toujours un 4-cylindres boxer atmosphérique de 2,0 litres à l'avant, qui produit 200 ch et 205 Nm de couple. Vous obtenez des freins Brembo plus puissants, des amortisseurs Sachs et des jantes noires de 17 pouces. Les gommes sont toujours "écologiques", ce qui devrait bien sûr faciliter la glissade.

Entrer dans la BRZ, c'est un petit voyage dans le temps. Un voyage qui nous ramène en 2012, grâce notamment à l'horloge numérique du tableau de bord. Le facelift provisoire de 2016 a fait évoluer la Subaru, mais le tableau de bord illustre la rapidité avec laquelle les intérieurs évoluent de nos jours. Heureusement, la position de conduite reste la même : des sièges offrant un excellent soutien, un volant vertical bien placé et un levier de vitesses facile à manier.

AS24 BRZ interieur

La conduite avant tout

Après les premiers kilomètres, on remarque à nouveau à quel point la BRZ se sent concentrée. Le volant réagit immédiatement, la commande de boîte est courte et ferme, et la position de conduite - et donc le centre de gravité - est basse. Le son du moteur boxer reste un peu plat à bas régime, mais avec une section de route ouverte devant vous, l'aiguille du compte-tours peut être relevée. Au-dessus de 4 000 tr/min, la BRZ trouve son second souffle et continue avec enthousiasme jusqu'au rupteur. Musical ? Pas tout à fait.

En tout cas, le régime moteur est la clé de cette BRZ. Nous nous sommes tellement habitués à l'aisance qu'apporte un turbo qu'on en oublierait presque que c'est ainsi que l'on conduisait une voiture de sport. Travailler, rétrograder, un petit coup d'accélérateur, on continue les derniers mètres avant le virage avant de freiner fort...et sentir la valeur ajoutée des freins Brembo.

AS24 BRZ rijdend

Les amortisseurs Sachs en rajoutent moins, dans la mesure où vous auriez pu vous en passer. Mais de toute façon, les 15 heureux propriétaires les obtiennent. Ils peuvent toujours bénéficier du même grand équilibre qui a rendu le BRZ si agréable au fil des années. En pure puissance, on ne peut pas faire sortir l'arrière de ses rails, il faut donc le provoquer. Mais cette partie arrière est toujours aussi facile à venir titiller et à contrôler.

AS24 BRZ achter

Conclusion

La Subaru BRZ n'a pas toujours été au goût de tout le monde. Trop peu pratique pour certains, trop peu puissante pour d'autres. Mais ceux qui ont fait l'effort de lui donner une chance ont trouvé en elle une sportive faite selon la recette classique. Cette Final Edition ne fait que souligner cela. Elle va nous manquer.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Subaru Levorg : Ohé, je suis là !

Essais · Subaru

Subaru e-Boxer : Jouer la sécurité

Essais · Comparer les essais

Test: Subaru Impreza – Culture de la différence

Essais · Subaru
Afficher plus