Passer au contenu principal
Pour cause de maintenance, AutoScout24 est accessible de manière limitée. Cela concerne quelques fonctions, comme par exemple la prise de contact avec les vendeurs, la connexion à votre compte ou la gestion de vos véhicules en vente.

Toyota Highlander : dans la cour des grands

Toyota fait traverser l'Atlantique à son gros SUV. Le nouveau Highlander arrive chez nous et fait déjà remarquer ses atouts, dont ses 7 places, sa transmission intégrale et sa motorisation hybride.

Le Toyota Highlander, c'est une grande nouveauté en Europe, mais cela fait déjà plus de 20 ans qu'il roule sur les routes de l'Amérique du Nord. Désormais dans sa quatrième génération, il part désormais à l'attaque de du vieux continent, surfant sur l'engouement pour les SUV pratiques.

Test Toyota Highlander 2021 rijdend voor

Nouveau venu

Son côté pratique, c'est d'ailleurs l'un des points forts de ce nouveau venu. Avec ses dimensions plus que généreuses, dont sa longueur de 4,9 m, le Highlander vient jouer dans la cour des grands. Il y fait d'ailleurs une entrée remarquable, avec son style résolument japonais, reprenant quelques éléments du style de son petit frère, le RAV4.

Ces deux-là partagent d'ailleurs la même plateforme, à savoir la base modulaire TNGA du groupe Toyota. Sur le Highlander, elle est poussée au maximum pour notamment lui offrir un empattement de 2,85 m de long. Cela fait de lui le plus grand SUV de la famille Toyota !

Test Toyota Highlander 2021 rijdend voor 2

7-places de série

Tout cet espace libéré entre les trains roulants offre évidemment de la place aux passagers. Ces derniers peuvent en outre être comptés au nombre de sept, puisque la troisième rangée de sièges fait partie de la dotation de base du Highlander. Il faudra cependant noter que, dû à la hauteur du plancher, les enfants et adultes aux petites jambes y seront mieux assis que les grands gabarits.

La banquette de la deuxième rangée est bien évidemment coulissante et l'espace aux jambes est assez ample que pour offrir un peu plus d'air à ceux qui sont assis dans le coffre. Côté pratique, on apprécie la manivelle qui rabat le siège en un coup pour faciliter l'accès à la troisième rangée de sièges, même si le Kia Sorento fait un peu mieux sur ce point avec un seul bouton.

À l'avant, la planche de bord du Highlander est dominée par un grand écran tactile de 12,3 pouces, tout droit sorti de la Mirai. Derrière cette dalle, on retrouve cependant le système maison, qui est un peu à la traine par rapport à la concurrence. D'ailleurs, ce grand écran n'est réservé qu'au haut de gamme. Le reste devra se contenter d'une dalle de 8 pouces…

Test Toyota Highlander 2021 achterbank

Hybride…et puis c'est tout !

Comparé à ses concurrents, le groupe motopropulseur du Highlander brille par son absence de choix. Eh oui, en bonne tradition Toyota, le grand SUV n'est disponible qu'en motorisation hybride. Il s'agit ici de la quatrième génération d'hybrides de la marque Japonaise qui se compose d'un bloc essence de 2,5 litres assistés par plusieurs moteurs électriques.

Vu sa taille et son poids (2 tonnes), le Highlander a droit à un petit boost de puissance. Le moulin essence produit ici 190 ch tandis que la chaine électrique se compose d'un moteur de 134 kW (182 ch) dans l'ensemble hybride sur le train avant et un deuxième de 40 kW (54 ch) sur le train arrière. Résultat : le Highlander bénéficie de la transmission intégrale et d'une puissance combinée de 248 ch.

Test Toyota Highlander 2021 dashboard

À l'américaine

Au volant, on reconnaît tout de suite les gènes de la dernière plateforme modulaire de Toyota. L'ensemble hybride fait une très belle performance en combinant à la perfection les deux sources de puissance. On est loin des Prius qui criaient tel un moulin à café à la première accélération. L'électricité est aussi utilisée plus souvent qu'escompté, permettant au gros SUV de profiter du couple instantané qui y est lié.

Pour le reste, on redécouvre une direction précise et un rayon de braquage étonnamment court. Bref, le Highlander reprend réellement les bons points du RAV4. Cela étant, au niveau de l'amortissement, c'est une autre histoire. Sur ce point, on sent que ce grand SUV fut développé pour les routes pavées comme des billards des USA. Chez nous, avec nos nids-de-poule tous les 100 mètres, le Highlander semble ne pas savoir bien amortir les mouvements de ses trains roulants. La suspension est souple, mais le tout n'est pas parfaitement contrôlé.

Ce qui n'est pas "à l'américaine", pourtant, c'est sa soif. D'après le cycle WLTP, ce Highlander affiche une conso moyenne de 6,6 à 7,1 l/100 km. Des chiffres qui semblent tout à fait atteignables puisque notre semaine se conclut avec une consommation affichée de 7,3 l/100 km. Du jamais vu pour un SUV essence (et hybride) et plus de 2 tonnes avec 7 places et quatre roues motrices !

Test Toyota Highlander 2021 rijdend achter

Verdict

À 56 460 € (France : 57 800 €), le nouveau Toyota Highlander vient se placer entre ses concurrents généralistes et premium. Cela étant, outre sa spécificité hybride, le dernier grand SUV de Toyota offre une dotation de base très bien fournie. Couplez à cela une habitabilité impressionnante, une soif de moineau et un confort général de bon niveau, et le nouveau Highlander sort facilement du lot.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Toyota Mirai : un potentiel futur ?

Essais · Toyota

Toyota Yaris : petite révolution

Essais · Toyota

Toyota GR Yaris : baby Godzilla

Essais · Toyota
Afficher plus