Test: Volkswagen Touran – Sur mesure pour les gens

Moins de 5 ans après le lancement du Touran 2, VW propose déjà une nouvelle version de son monospace compact. Histoire de toujours devancer la concurrence.

De nos jours, le cycle de vie d'un modèle populaire est d'à peu près 6 ans, l'exercice imposé du facelift intervenant en général au cours de la troisième année. Le nouveau Touran arrive donc une petite année "trop tôt", alors que le modèle précédent n'était même pas encore obsolète.

VW estime en effet qu'il vaut mieux avoir une longueur d'avance sur les rivaux, et c'est ce qui a motivé Wolfsburg à créer un nouveau Touran, posé sur la fameuse plateforme modulaire MQB. Ce Touran n'est donc pas une simple mise à jour, mais un coup visant à mettre échec et mat la concurrence, qui désormais vient aussi de Munich.

Quatre moteurs

Le "petit" nouveau gagne 13 cm en longueur par rapport à son devancier, dont 11 cm en empattement. Par ailleurs, les ingénieurs se sont penchés sur cinq facettes du véhicule: le "packaging", la connectivité, les aides actives et passives à la conduite et les moteurs. Ceux-ci sont désormais tous Euro6 et plus économes de 19% en moyenne. Le 1.6 TDI 110 ch par exemple, annonce aujourd'hui 115 gCO2/km, un atout pour le marché belge du Fleet. Plus fort encore, la version 150 ch du 2.0 TDI émet exactement autant de CO2, pour une conso moyenne officielle de 4,4 l/100 km. Commandez avec ça la boîte DSG, et votre 1.6 TDI n'émettra plus que 109 g/km, 124 g pour le 2.0 TDI.

Un choix pour chacun

Lequel de ces moteurs est le meilleur choix? Tout dépendra de ce que vous prévoyez d'en faire. Vous roulez souvent seul et votre conduite n'est pas spécialement sportive? Le 1.6 est pour vous. Mais si vous utilisez fréquemment les 5+2 places (où les 1.980 litres de volume utile maximal), vous serez plus à l'aise avec 150 ch. Non seulement parce que cela imposera moins de changements de rapports (la commande de la boîte manuelle 6 est pourtant plaisante), mais aussi parce que le 2.0 TDI a des montées en régime plus douces, et parce qu'il fait moins entendre sa voix à bord. Le Touran sera en tout cas confortable quel que soit le moteur choisi, mais plus encore si on opte pour un des délicieux moteurs essence turbo, dont l'offre se compose d'un 1.2 110 ch et d'un 1.4 150 ch. Hélas, ils ne peuvent pas être associés à la boîte auto citée plus haut.

Maîtrise parfaite

Parmi la liste des améliorations, c'est celle portée à la modularité qui saute le plus aux yeux. VW maîtrise désormais parfaitement la configuration 5+2, avec une troisième rangée de sièges repositionnée plus vers le centre et qui libère, une fois repliée, une surface parfaitement plate. Ces sièges d'appoint sont étonnamment logeables et très aisément accessibles grâce à un système de basculement unique de la banquette centrale. Par ailleurs, tous les sièges peuvent être rabattus indépendamment, ce qui offre des possibilités de configuration pour à peu près toutes les situations. Une fois bien installés à bord, les passagers peuvent profiter du système d'info

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Test: VW Touareg – Le coup de l'Arteon

Test: Volkswagen e-Golf – Déplacement du problème

Test: Volkswagen Tiguan Allspace – Mais que lui manque-t-il maintenant ?

Afficher plus